Maison fissurée

Les fissures dans une maison sont le cauchemar des propriétaires. Dans certains cas, elles s’avèrent bénignes, mais dans d’autres cas, si non réparées, elles peuvent causer des dommages irréparables à la construction. Le texte de cette page présente les différents types de fissures, les facteurs qui les provoquent, les parties de la maison à inspecter, les actions à entreprendre et la fissuration des maisons neuves.

Maison fissurée

Il existe plusieurs types de fissures qui peuvent affecter la surface d’une maçonnerie extérieure ou d’un mur intérieur.

On parle de fissures horizontales et verticales (de haut en bas). Dans le cas général, plus une fissure s’éloigne d’une trajectoire verticale (de haut en bas), plus il est probable que la maison ait des problèmes structuraux.

Types de fissures

Il existe plusieurs types de fissures qui peuvent affecter la surface d’une maçonnerie extérieure ou d’un mur intérieur.

On parle de fissures horizontales et verticales (de haut en bas). Dans le cas général, plus une fissure s’éloigne d’une trajectoire verticale (de haut en bas), plus il est probable que la maison ait des problèmes structuraux.

On distingue aussi des fissures actives et passives. Les fissures du type actif sont les plus dangereuses pour la structure de la maison : dans ce cas, la fissure s’aggrave. Si on constate une telle fissure, il faut demander sans tarder l’expertise d’un professionnel. Le plus souvent, elles sont provoquées par l’affaissement du sol, par un mauvais drainage ou par le gel. La fissure de type passive est une fente qui ne s’agrandit pas avec le temps : généralement, on peut réparer une telle fissure avec une simple intervention de rebouchage. Dépendamment de la forme, la fissuration peut être en mailles, en étoile, en panneaux et en coups de sabre.

Les fissures varient aussi selon leur degré de sévérité. Pour la plupart, les fissures ne présentent qu’un problème esthétique et sont facilement réparées. Elles deviennent graves quand elles portent atteinte à l’imperméabilité des parois (car l’eau s’infiltre dans la structure). La situation la plus dangereuse survient quand les fissures sont occasionnées par un affaissement du sol.

Causes des fissures

Vieillissement normal

Les fissures peuvent être le résultat d’un vieillissement normal de la structure. Nous allons vous présenter ici quelques exemples :

  • Les fissures superficielles sur les murs de fondation en béton et la dalle au sous-sol ;
  • les fissures et bombements des murs intérieurs en plâtre sur lattes ;
  • les dommages au crépi des murs de fondation, comme les fissures fines et le décollement ;
  • les dommages reliés aux mouvements de la structure en bois de la propriété, comme les affaissements mineurs des planchers.

Le gel

Il y a de l’eau dans le sol et quand le gel de l’hiver est plus intense que d’habitude, cette eau prend de l’expansion. Ce phénomène résulte en une pression sur les parois, ce qui provoque des fissures. Il est recommandé d’éloigner au maximum les sources d’eau comme les gouttières. Il importe aussi de s’assurer que le remblai à l’extérieur de la fondation soit en bon état et capable de bien drainer.

L’affaissement du sol

L’affaissement du sol pourrait être occasionné par diverses raisons. Nous allons les présenter ici, en mettant l’accent sur l’assèchement du sol.

La sécheresse

En ce qui concerne la sécheresse comme facteur de l’affaissement du sol, c’est surtout le sol argileux qui présente des problèmes. Au Québec, on peut le trouver dans la vallée du Saint-Laurent, y compris la région métropolitaine. L’argile retient beaucoup d’eau (le sol argileux au Québec peut contenir jusqu’à 50 % d’eau) et lors de périodes de sécheresse l’argile s’assèche et se contracte. Sous les fondations, le sol se tasse, laissant un vide. La maison commence à bouger et les premiers signes d’un affaissement se manifestent. Le problème est encore plus grave si la sécheresse sévit durant quelques étés consécutifs.

Le développement urbain

Mais il ne faut pas oublier qu’à part du climat, d’autres facteurs contribuent à l’assèchement du sol. Le développement urbain fait en sorte que de grandes surfaces du sol soient pavées ou couvertes d’une autre façon (les rues, les trottoirs, les maisons, etc.), ce qui fait en sorte que l’eau de pluie ne puisse pas s’y infiltrer. Cette eau est détournée vers les égouts, ce qui résulte en un sol moins humide.

Les arbres

Un autre facteur qui influence l’humidité du sol est la végétation et surtout les arbres à racines profondes. Les arbres absorbent de l’eau et en privent le sol. Mais il importe de préciser qu’au Québec, la plupart des racines des arbres se situent à moins d’un mètre de la surface. Elles s’étendent plus en largeur qu’en profondeur et leur impact sur l’assèchement du sol en profondeur est limité.

La faible capacité portante du sol

Certains sols sont composés d’éléments inadéquats pour supporter le poids d’une bâtisse. La vulnérabilité du sol aux affaissements est très variable localement.

Eaux souterraines

L’affaissement du sol peut être attribuable à des sources d’eau souterraines. De telles sources peuvent tourmenter le sol et occasionner des dommages aux propriétés.

Les vibrations provoquées par la circulation

En milieu urbain, ou près d’importantes voies de circulation, le trafic routier de véhicules lourds à proximité de la maison peut provoquer l’apparition de fissures. Les vibrations que les véhicules produisent peuvent être une cause de la fissuration de la structure de la maison.

Quelles parties de la maison inspecter?

Les signes d’affaissement

  • Les portes et les fenêtres ferment mal et ne sont plus étanches;
  • des fissures dans les murs de gypse ou de plâtre à l’intérieur de la maison;
  • des fissures dans les revêtements extérieurs;
  • planchers inclinés;
  • des fissures visibles sur les fondations de la maison;
  • des déformations structurales diverses.

La dalle de béton

La dalle de béton, qui constitue le plancher de la cave, est déposée sur le sol et s’appuie sur la semelle des fondations. La plupart des dalles qui ne sont pas en béton armé ont des fines fissures disposées de façon aléatoire : elles sont attribuables à un vieillissement normal. Quand il s’agit d’un affaissement des fondations, les fissures à la dalle de béton se concentrent près de la partie affaissée des fondations.

Murs de fondation

Dans le cas général, les fissures dans les murs de fondation apparaissent d’abord dans les endroits les plus faibles, près des fenêtres et des portes.

C’est surtout la mauvaise qualité du béton qui provoque ce problème, mais il peut être expliqué aussi par des causes extérieures comme les eaux souterraines et l’infiltration d’eau.

Murs extérieurs, en crépi ou en brique

Les murs extérieurs en brique ou en bloc de béton recouverts de crépi fissurent en escalier.

Si des craquelures surgissent sur le crépi extérieur, il importe d’enlever une petite plaque du crépi et de vérifier si ce n’est que lui qui est affecté ou si le mur de fondation est aussi fissuré.

Murs et plafonds intérieurs

La fissuration des murs intérieurs et des plafonds recouverts de plâtre et de placoplâtre commence le plus souvent près des cadrages de porte et de fenêtre ou à la jonction de deux murs ou encore à la jonction d’un mur et du plafond. On peut aussi voir apparaître des fissures dans un joint entre deux plaques de placoplâtre. Ceci survient quand les joints ont été mal réalisés. C’est un problème mineur inesthétique et n’affecte pas la structure de la maison. La réparation de ce défaut est assez facile en reprenant le joint correctement. Les murs qui donnent vers l’extérieur sont dans la plupart des cas les premiers à se fissurer. Par contre, les grandes fissures verticales longues qui mesurent plus de 1/16e de pouce de large peuvent cependant indiquer un problème structurel.

En ce qui concerne le plafond, les fissures en toile d’araignée sont principalement dues à l’âge et elles ne présentent qu’un problème esthétique.

Portes et fenêtres

Si les portes et les fenêtres ferment mal et fonctionnent difficilement, c’est la conséquence d’un affaissement du sol.

Prévention de l’affaissement du sol

Il existe un certain nombre de mesures qu’on pourrait entreprendre afin de prévenir l’affaissement du sol :

Arrosage

Un arrosage fréquent et abondant a pour but de compenser la perte d’humidité lors des périodes de sécheresse et d’empêcher les mouvements du sol. Les plus efficaces sont les systèmes d’irrigation profonds, mais les systèmes superficiels donnent quand même des résultats satisfaisants.

Il faut prendre en considération que si les murs de fondation de la bâtisse sont fissurés, il est possible que l’arrosage cause des infiltrations d’eau dans le sous-sol. Il importe donc de colmater les fissures avant de procéder à l’arrosage. 

Contrôle des végétaux

Le contrôle des végétaux afin de compenser l’assèchement du sol peut se réaliser de différentes façons. Le plus simple est d’assurer un arrosage plus abondant près de l’arbre, en y installant un système d’irrigation. On pourrait aussi procéder à l’émondage de l’arbre (la taille de certaines branches) pour freiner la croissance des racines. Il n’est toutefois pas recommandé d’élaguer ou d’émonder plus de 20 % du feuillage de l’arbre en une seule opération. Il est possible d’installer une barrière anti-racinaire pour garder les racines à distance des fondations. Il s’agit d’une toile épaisse enfouie dans le sol à la verticale afin de bloquer la progression des racines. Au Québec, l’installation d’une telle barrière est justifiée pour les maisons dont les assises sont peu profondes (certaines maisons anciennes).

Quand on planifie de planter des arbres autour de la maison, il est recommandé d’éviter les espèces de très grande taille et celles qui consomment beaucoup d’eau comme le saule, l’orme et les différentes espèces de peupliers.

Réduire l‘évaporation

Certaines bâtisses reposent sur des fondations sans dalle de béton au sous-sol et dans ce cas, on parle de cave en terre battue ou de vide sanitaire. Dans ce type de cave, la terre exposée à l’air libre s’assèche davantage que le sol à l’extérieur. Quand la maison est assise sur un sol d’argile, une telle maison peut subir un affaissement du sol au centre. Il faut donc installer une toile de plastique sur le sol : elle agira comme coupe-vapeur en maintenant l’humidité dans le sol.

Les mesures à prendre

Les actions à entreprendre dépendent de l'état de la structure, mais nous allons vous présenter ici quelques-unes des options. De toute façon, pour déterminer les mesures précises à prendre, il est recommandé de commencer par la mesure de l'évolution des dommages.

Mesurer la progression des signes dans le temps

Comme nous l'avons mentionné plus haut, les fissures peuvent être actives et passives. Les fissures passives peuvent ne pas bouger pendant des années. Par contre, les fissures actives peuvent s'aggraver rapidement et provoquer des dommages à toute la structure.

Il est préférable de réaliser deux évaluations espacées d'un an. S'il n'est pas possible d'attendre un an, on recommande de faire la première mesure le printemps et la deuxième, vers la fin de l'année.

Pour évoluer la progression des fissures, l'on peut utiliser des outils spécifiques disponibles sur le marché (fissuromètre). Il existe aussi des moyens plus simples. On pourrait marquer des points de repère de chaque côté d'une fissure et mesurer son ouverture (de préférence, à chaque mois). Une autre façon est d'installer des témoins rigides sur les fissures aux murs de fondation. Pour ce faire, il faut modeler un rectangle en plâtre de Paris (disponible dans les quincailleries) d'environ 1 cm d'épaisseur et l'apposer par-dessus la fissure. On inscrit la date d'installation sur le rectangle. En séchant, le plâtre colle au mur et si la fissure s'agrandit, le témoin en plâtre se fissure aussi.

Réparer la fondation par l'intérieur ou par l'extérieur

Les opinions sur cette question divergent. Certains experts affirment que la réparation par l'intérieur n'est qu'une solution temporaire. D'autres considèrent que, dépendamment du contexte, les deux options sont bonnes. On met en garde que pour les excavateurs, il est plus avantageux (car plus dispendieux) d’exécuter les travaux par l'extérieur et les consommateurs doivent faire preuve de prudence. Nous allons vous présenter brièvement les deux options.

Réparer par l'intérieur

Boucher la fissure d’une fondation de l'intérieur est l'option la moins coûteuse. Elle consiste en l’injection sous haute pression de résine liquide dans la fissure. D'abord, on installe des tubes et des aiguilles d'injection à une distance de 6 à 8 po et on injecte un produit chimique pour humidifier la fissure et favoriser l'adhésion de la résine. La résine est injectée à partir du bas en montant vers le haut. En ce qui concerne la résine, l'on peut choisir entre le polyuréthane et l'époxy. Le polyuréthane possède une plus grande souplesse. L'époxy est plus rigide et si la maison bouge (ce qui arrive le plus souvent), elle pourrait provoquer une deuxième fissure à côté de la première. Il faut prendre note que ces deux types de résine liquide ne peuvent pas réparer une fissure de plus de 1/8 po.

Réparer par l'extérieur

Cette méthode prévoit une mini-excavatrice avec laquelle on creuse pour dégager la fondation et atteindre le secteur touché. Puis on ouvre la fissure pour former un V et on y applique du ciment à prise rapide. Ensuite, on couvre l'endroit d'une membrane d'étanchéité. La membrane doit être suffisamment flexible pour résister au mouvement du sol. Il est à noter qu'elle possède une excellente durabilité sous terre.

Pieutage

Si les dommages à la maison sont sévères et sont provoqués par un affaissement du sol, l'installation de pieux s'impose comme la méthode la plus efficace. Des pieux sont engagés profondément jusqu'au sol ferme et stable pour devenir l'assise et stabiliser la structure. En expert doit au préalable prendre en considération le poids de la maison afin de déterminer le nombre, la dimension et le positionnement des pieux.

Maison neuve et fissures

Pendant la première année d'une maison, de petites fissures dans les murs ou de petites brèches dans le plancher peuvent apparaître. Ce phénomène fait partie du processus normal de tassement et d'assèchement qu'on observe dans une nouvelle construction : les murs de sous-sol, le plancher en béton, le plâtre et le bois d'une construction neuve moyenne contiennent environ 4000 litres d'eau, dont la plupart s'évapore au cours de la première année. D'autre signes du procédé naturel de tassement sont certains bruits que la maison émet (grincements et gémissements) et des fissures capillaires surtout alentour des portes et des fenêtres. Pour limiter les effets de ce processus. On doit garder le plus possible une température constante tout au long de l'année, et contrôler le taux d’humidité de l’intérieur de la maison. Pour ce faire, on peut utiliser des ventilateurs de cuisine et de salle de bain et si nécessaire installer un humidificateur.

Sources

  1. Angers, Gilles. 2008. « Infiltrations d'eau: colmater les fissures ». Le Soleil, publié le 7 mai. http://www.lapresse.ca/maison/renovation/entretien-de-la-maison/200805/03/01-872030-infiltrations-deau-colmater-les-fissures.php (page consultée le 10 janvier 2017).
  2. Angers, Gilles. 2006. « Quand les maisons cassent ». Le Soleil, publié le 25 mai. http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/200605/25/01-869116-quand-les-maisons-cassent.php (page consultée le 11 janvier 2017).
  3. Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC). 2003. Votre maison est fissurée 1 et 2, 2ème édition. Montréal : ACQC.
  4. Bisson expert. 2016. « Quoi faire si votre maison s’affaisse? ». Bisson Expert. http://www.bissonexpert.com/blogue/4-quoi-faire-si-votre-maison-saffaisse-.html (page consultée le 10 janvier 2017).
  5. CASA. 2011. « Fissures de fondation ». CASA, Rénovation et bricolage. http://www.casatv.ca/publications/renovation-bricolage/fissures-de-fondation (page consultée le 11 janvier 2017.
  6. Diotte, Simon. 2006. « Alerte à la fissure! ». La Presse, publié le 10 avril. http://www.lapresse.ca/maison/renovation/200604/10/01-868906-alerte-a-la-fissure.php (page consultée le 10 janvier 2017).
  7. Dumont, André. 2015. « Éviter de s'enfoncer dans les sols argileux ». La Presse, publié le 3 août. http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/conseils/201507/31/01-4889538-eviter-de-senfoncer-dans-les-sols-argileux.php (page consultée le 10 janvier 2017).  
  8. Dumont, André. « Fissures de fondations : mieux vaut réparer ». La Presse.    http://plus.lapresse.ca/screens/09c47435-fd41-49f1-9746-ce733a7df3ee%7C_0.html (page consultée le 10 janvier 2017).  
  9. Fissure et drain. « Fissures de fondation: tout savoir sur les causes et solutions ». Fissure et drain. http://www.fissuresetdrain.com/fissures-de-fondation (page consultée le 10 janvier 2017).
  10. Ménard, Félix. « Votre maison s’affaisse? Signes, conséquences et solutions ». Canal vie. http://www.canalvie.com/maison/renovation/techniques-de-pro/votre-maison-s-affaisse-signes-consequences-et-solutions-1.1406262 (page consultée le 11 janvier 2017).
  11. Page jaunes. « Comment savoir si une fissure au plafond est dangereuse ». Pages jaunes. http://www.pagesjaunes.ca/trucs/comment-savoir-si-une-fissure-au-plafond-est-dangereuse (page consultée le 11 janvier 2017).
  12. Postes Canada. 2014. « Votre maison neuve a-t-elle des fissures ? Ce que vous pouvez faire ». Poste Canada. https://www.canadapost.ca/web/fr/blogs/consumer/details.page?article=2014/03/18/is_your_new-build_ho&cattype=Consumer&cat=movers (page consultée le 11 janvier 2017).
  13. Proulx, Geneviève. 2915. « Hiver rigoureux : les fissures dans les solages de maison en hausse en Estrie ». Radio Canada, publié le 6 mai. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/719452/augmentation-fissures-solages-estrie-hiver-froid (page consultée le 10 janvier 2017).
  14. Turgeon, David. 2011. « Qu’est-ce qu’une maison LÉZARDÉE ? ». RE/Max, publié le 25 septembre. (page consultée le 11 janvier 2017.
  15. Vigan, Jean de. 1996. Dicobat: Dictionnaire général du bâtiment, 2ème édition. Ris Orangis: Éditions Arcature.
  16. Ville de Montréal. « Racines d'arbres et fondations d'immeubles ». http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/info_verte/arbre/racines_fondation.htm (page consultée le 10 janvier 2017).

Continuez votre lecture en vous connectant ou
en vous inscrivant comme utilisateur (gratuit) de notre site Internet.
Notez que l'accès complet est réservé aux membres cotisant de l'ACQC.