Isolation

Le texte de cette page aborde le sujet de l’isolation thermique des maisons. On y trouvera des informations sur les signes d’une mauvaise isolation, l’efficacité énergétique de la maison, les éléments d’un système énergétique efficace, les types  d’isolants, l’isolation par l’intérieur et par l’extérieur et la rentabilité de l’isolation.

Isolation

Une mauvaise isolation ou une mauvaise étanchéité peuvent résulter en une perte de chaleur considérable. Pour une maison d’une trentaine d’années, 17 % de cette perte est réalisée par les murs hors-terre, 15 % par les murs de sous-sol et les planchers de fondation et 11 % par le toit.

Les signes d’une mauvaise isolation sont généralement :

- En hiver, les murs et les planchers sont froids au toucher

- La chaleur n’est pas répartie uniformément

- Les frais de chauffage sont élevés en hiver

- On observe la formation de condensation au bas des murs

- De la moisissure peut apparaître sur des murs froids

- Les coûts de climatisation en été sont élevés

- La climatisation en été est inefficace

Efficacité énergétique d’une maison

On compare souvent l’isolation d’une maison à un chandail en laine, qui garde au chaud en l’absence de pluie et de vent. Les éléments d’étanchéité (pare-air et pare-vapeur) remplissent les fonctions du coupe-vent (l’enveloppe de nylon). Le pare-air empêche le vent de traverser la paroi et le pare-vapeur empêche la vapeur d’eau de pénétrer à l’intérieur, ce qui peut causer la pourriture de la structure dans les murs. C’est la combinaison des deux – l’isolation et l’étanchéité (le chandail et le coupe-vent), qui assure l’efficacité énergétique de la maison.

Pour que le système énergétique soit efficace, on doit y trouver aussi des cavités bien remplies qui ne laissent aucun vide dans et autour de l’isolant et qui ne le compriment pas. On doit aussi minimiser les ponts thermiques. Un pont thermique est un élément de la maison mal isolé qui s’étend du côté chaud au côté froid de l’isolant et qui devient, en fait, « conducteur du froid ». Un autre facteur du système énergétique efficace est son potentiel de séchage. S’il y a des infiltrations d’eau dans les murs de bois par des calfeutrages fissurés, ou en provenance du toit et des fenêtres, l’eau doit se sécher rapidement pour ne pas causer des moisissures ou de la pourriture dans les

Matériaux et types d’isolation

Les matériaux d’isolation doivent remplir les fonctions suivantes : être durables, résister à la migration de chaleur, résister à l’humidité et remplir uniformément la cavité à isoler. Pour mesurer la performance de chaque isolant, les spécialistes utilisent un « coefficient de résistance thermique » (valeur R ou RSI, dans le système métrique). Plus le coefficient est élevé, plus le matériau résiste au passage de la chaleur et il constitue un bon isolant. Certains critères écologiques sont maintenant considérés pour évaluer les matériaux d’isolation :

- certains isolants minéraux présentent des risques pour la santé des occupants

- certains isolants synthétiques sont issus d’une chaîne de fabrication qui pollue l’environnement

- certains isolants naturels ne sont pas adaptés à toutes les applications et sont parfois plus dispendieux.

Il est important de souligner que quel que soit l’isolant, son installation doit être bien exécutée pour assurer une bonne résistance thermique de l’assemblage.

Types d’isolants

Les quatre types les plus utilisés sont les matelas, les isolants en vrac, les panneaux rigides et la mousse giclée sur place.

  1. Isolants en matelas

Ils permettent de combler aisément et à un faible coût les cavités des murs et des planchers. Pour qu’ils soient plus efficaces, les matelas ne doivent pas être comprimés.

  • Fibre de verre : vendu sous forme de ballots emballés dans du plastique; incombustible, offre une bonne insonorisation; elle a un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur (mais on peut trouver de la fibre de verre sans formaldéhyde)
  • Laine minérale : un peu plus efficace que la fibre de verre en ce qui concerne la résistance au feu et l’insonorisation.
  • Coton : isole autant que la fibre de verre, mais coûte plus cher; c’est un meilleur isolant acoustique et résiste à l’humidité.

 

  1. Isolants en vrac

Ils couvrent bien la surface irrégulière des entretoits. Ils doivent être mis en place par des spécialistes : ils sont épandus à la main ou soufflés avec un appareil. Ces isolants se logent dans les aspérités, entourant les éléments de charpente du toit pour former une couche homogène et sans joints.

  • Fibre de verre : dans cette forme (en vrac), la fibre peut subir des mouvements d’air dans le vide sous toit.
  • Fibre de cellulose : elle offre une plus grande résistance aux mouvements d’air comparativement aux autres isolants en vrac. Si elle n’est pas mise en place correctement, elle peut présenter des problèmes de tassement. Cet isolant crée une bonne isolation acoustique et il a une bonne performance anti-feu.
  • Fibre minérale (ou laine de roche) : matériau fibreux très léger; comme il possède des propriétés hydrofuges, il convient mieux que les autres fibres au sous-sol. La fibre minérale est ignifuge et pour cette raison elle peut être utilisée autour des cheminées.

 

  1. Panneaux rigides

Les panneaux, offerts sur le marché en plusieurs épaisseurs, sont plats et compacts. Ils créent un écran thermique interrompu à la surface des murs et des plafonds. Il existe une grande variété de panneaux sur le marché.

  • Polystyrène expansé (type 2)  : c’est un panneau composé de petits granules de mousse compressés. Il résiste à la moisissure et il ne pourrit pas. Il est facilement inflammable et doit être recouvert d’un matériau de finition ignifuge approuvé.
  • Polystyrène extrudé : il résiste à la moisissure, il est inflammable. Il est plus efficace que le polystyrène expansé en ce qui concerne l’isolation. Il peut servir de pare-vapeur.
  • Fibre de verre : Tout comme les isolants sous forme de matelas, c’est incombustible et offre une bonne insonorisation; elle a un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur (mais on peut trouver de la fibre de verre sans formaldéhyde)
  • Fibre minérale rigide : favorise l’évacuation de l’eau
  • Fibre de bois : elle est exempte de formaldéhyde.

 

  1. La mousse giclée sur place

Cet isolant de polyuréthane résiste à l’humidité et il recouvre bien les formes irrégulières. Il crée une barrière étanche à l’air. Son coefficient de résistance thermique (ou la valeur R) est plus élevé que celui des autres isolants. Il peut servir de pare-air et de pare-vapeur. Les désavantages de ce type d’isolant sont qu’il est inflammable et le fait que cette mousse peut retenir l’eau contre la fondation.

Isoler par l'intérieur ou par l'extérieur ?

Chacune de ces deux options présente des avantages et des inconvénients, mais dans certains cas, une seule des options s'impose.

En ce qui concerne l'isolation par l'intérieur, elle se prête bien aux maisons déjà construites qui ne demandent pas de travaux extérieurs d'excavation. Ce type d'isolation coûte moins et elle peut être réalisée en toute saison. Par contre, il ne permet pas de bénéficier de la masse thermique du bâtiment et donc de rehausser le confort en été et en hiver. Il est important de savoir qu'en cas d'humidité, on préconise l'isolation par l'extérieur. Quant aux murs de fondation, en isolant ou en augmentant l'isolation par l'intérieur, on augmente le risque de gel.

En ce qui concerne l'isolation par l'extérieur, c'est une opération plus complexe : premièrement, il faut dégager les murs de fondation sur lesquels on va travailler, poser un enduit et un isolant rigide, protéger cet isolant pour empêcher l'eau d'y pénétrer et, finalement, remblayer. Ce type d'isolation règle les problèmes d'humidité. Il permet aussi de bénéficier de la masse thermique du bâtiment et d'augmenter le confort en toute saison. Les fondations en blocs de béton et les fondations de pierre doivent être isolées par l'extérieur.

Est-il est rentable d’isoler la maison?

En général, l’isolation thermique de la maison s’avère rentable. Il faut tenir en compte que l’installation (qui comprend les correctifs apportés à l’ossature, au parement et au revêtement de finition) est ce qui coûte le plus cher lors de l’exécution des travaux. Même si l’économie d’énergie n’était que de 300 $ par an, cela représenterait une économie de 25 $ par mois. L’inspection de 50 maisons neuves par le magazine « Protégez-vous » en 2004 a révélé que certaines habitations gaspillaient jusqu’à 500 $ d’énergie par année. Les coûts pour isoler une habitation deviennent donc rapidement rentables.

Si vous désirez connaître les programmes gouvernementaux en efficacité énergétique, vous pouvez consulter le site du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec

Sources

  1. Braye, Stéphane. « Isolation de la maison : matériaux, principes et conseils pratiques ». Écohabitation. http://www.ecohabitation.com/guide/fiches/isolation-maison-materiaux-principes-conseils-pratiques (page consultée le 30 novembre 2016).
  2. CAA Québec. « Vous rénovez? Profitez-en pour accroître l’isolation! ». CAA Québec, capsules-conseil. https://www.caaquebec.com/fr/a-la-maison/conseils/capsules-conseils/conseil/show/sujet/vous-renovez-profitez-en-pour-accroitre-lisolation (page consultée le 30 novembre 2016).
  3. Canuel, Mario. 2014. « Rénovation : quand l’isolant extérieur fait pourrir les murs ». La maison du 21e siècle, publié le 16 janvier. https://maisonsaine.ca/construction-verte/enveloppe-du-batiment/lisolant-exterieur-pourrir-murs.html (page consultée le 30 novembre 2016).
  4. Dumont, André. 2016. « La mousse de polyuréthane, un isolant passe-partout ». La Presse, publié le 11 janvier 2016. http://www.lapresse.ca/maison/renovation/201601/11/01-4938651-la-mousse-de-polyurethane-un-isolant-passe-partout.php (page consultée le 30 novembre 2016).
  5. Écohabitation. « Les isolants passés à la loupe ». Écohabitation. http://www.ecohabitation.com/guide/fiches/isolants-passes-loupe (page consultée le 30 novembre 2016).
  6. Écohabitation. « Rénovation : faire face aux problèmes courants d’isolation ». Écohabitation. http://www.ecohabitation.com/guide/fiches/renovation-faire-face-aux-problemes-courants-isolation (page consultée le 16 novembre 2016).
  7. Fauteux, André. 2012. « Nouvelles normes d’isolation : quasiment Novoclimat, sans test d’étanchéité ». La Maison du 21è siècle, v. 19, No 1.
  8. La Maison saine. 2007. « Apex isole au coton ». La Maison saine, hiver 2007.
  9. Lecomte, Céline et Emmanuelle Walter. « Isolation et insonorisation ». Écohabitation. http://www.ecohabitation.com/guide/isolation-insonorisation (page consultée le 30 novembre 2016).
  10. Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec. « Isolation ». http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/mon-habitation/conseils-pratiques/isolation/#.WD8Fa1ymFyo (page consultée le 30 novembre 2016).
  11. Perrier, Yves. 2009. « Isoler et étancher un mur existant par l'intérieur ». La Presse, publié le 18 février 2009. http://www.lapresse.ca/maison/renovation/le-coin-du-bricoleur/200902/18/01-873175-isoler-et-etancher-un-mur-existant-par-linterieur.php (page consultée le 30 novembre 2016).
  12. Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). « L’isolation de votre maison ». https://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/co/love/love_010.cfm (page consultée le 30 novembre 2016).
  13. Vigan, Jean de. 1996. Dicobat: Dictionnaire général du bâtiment, 2ème édition. Ris Orangis: Éditions Arcature.

Continuez votre lecture en vous connectant ou
en vous inscrivant comme utilisateur (gratuit) de notre site Internet.
Notez que l'accès complet est réservé aux membres cotisant de l'ACQC.