Pyrrhotite

La pyrrhotite, appelé par certains géologues une « pathologie du béton » est un minéral composé de sulfure de fer, qui se trouve à l’état naturel dans le sol. Dans cet article, nous allons vous présenter les principales caractéristiques de la pyrrhotite, la différence avec la pyrite, son impact sur les édifices, son influence sur la santé. Nous allons parler des taux de pyrrhotite considérés problématiques et les différentes opinions sur ce sujet.

Pourquoi la pyrrhotite est problématique ?

Ce qui explique la mauvaise réputation de ce minéral dans le domaine de la construction est sa propriété particulière de s’oxyder au contact de l’humidité et de l’air et de dégager de l’acide sulfurique qui fissure et fait éclater le béton. Le plus souvent, les fissures apparaissent trois à cinq ans après la coulée. Dans certains cas, la présence de pyrrhotite dans le béton peuvent prendre de longues années (10 et même 20 ans) avant de se manifester. En général, les premières fissures surgissent dans les coins des murs de fondation. Une fois enclenché, le mécanisme de désagrégation du béton est impossible à interrompre. La seule solution est de remplacer au complet les fondations, ce qui coûte, bien évidemment, une fortune.

Pyrrhotite

Le problème de pyrrhotite au Québec

Les problèmes de pyrrhotite au Québec remontent aux années 1990, quand deux carrières en Mauricie (B & B et Maskimo) ont été créées et ont commencé à vendre de la pierre à haute teneur en pyrrhotite. Cette roche « contaminée » a servi à produire les fondations de plusieurs de centaines d’habitations entre la fin des années 1990 et le milieu des années 2000. Le résultat est que plusieurs résidences de la région de la Mauricie (MRC de Maskinongé et celle de Chenaux) et de la rive sud du Saint-Laurent (la MRC Nicolet-Yamaska et la ville de Bécancour) sont en danger à cause de présence de la pyrrhotite dans leurs fondations. Ce problème est considéré d’envergure locale au niveau de la province.

La problématique de la pyrrhotite

Ce qui explique la mauvaise réputation de ce minéral dans le domaine de la construction est sa propriété particulière de s’oxyder au contact de l’humidité et de l’air et de dégager de l’acide sulfurique qui fissure et fait éclater le béton. Les premières indications de la présence de pyrrhotite dans le béton peuvent prendre de longues années (10, même 20 ans), avant de se manifester. Mais le plus souvent, les fissures apparaissent trois à cinq ans après la coulée. Dans le cas général, les premières fissures surgissent dans les coins des murs de fondation. Une fois enclenché, le mécanisme de désagrégation du béton est impossible à interrompre. La seule solution est de changer les fondations, ce qui coûte, bien évidemment, une fortune.

La situation en Mauricie

Les problèmes de pyrrhotite au Québec remontent aux années 1990, quand deux carrières en Mauricie (B & B et Maskimo) ont été créées et ont commencé à vendre de la pierre à haute teneur en pyrrhotite. Cette roche « contaminée » a servi à produire les fondations de plusieurs de centaines d’habitations entre la fin des années 1990 et le milieu des années 2000. Le résultat est que plusieurs résidences de la région de la Mauricie (MRC de Maskinongé et celle de Chenaux) et de la rive sud du Saint-Laurent (la MRC Nicolet-Yamaska et la ville de Bécancour) sont en danger à cause de présence de la pyrrhotite dans leurs fondations. Ce problème est considéré d’envergure locale au niveau de la province.

Pyrite et pyrrhotite: pareil ou pas pareil?

Plusieurs confondent les problèmes causés par la pyrite et la pyrrhotite, deux mots qui se ressemblent mais qui nécessitent des réparations différentes.

PYRITE

La pyrite est un minerai composé principalement de sulfate de fer, qu’on peut trouver dans la pierre de certaines carrières autour de Montréal. Cette pierre a été utilisée dans les remblais sous les fondations des maisons entre 1970 et 2000. Au contact de l’humidité, la pyrite produit de l’acide sulfurique et gonfle. Sous une fondation, elle peut provoquer le soulèvement et la fissuration de la dalle de béton.

On l’a retrouvé principalement en Montérégie ainsi que sur l’île et en couronne de Montréal. Le gonflement et la fissuration peuvent prendre plusieurs années avant de se produire. Il arrive que les problèmes puissent apparaître même 40 ans après la construction.

La pyrite est-elle dangereuse pour la santé? Les autorités de la Santé publique jugent que non. Cependant, les fissures causées à la dalle de fondation peuvent entrainer l’augmentation de l’humidité des sous-sols. On peut alors assister à l’apparition de traces de moisissures qui pourraient causer des problèmes d’allergies.

Les courtiers immobiliers ont le devoir d’informer les vendeurs que leurs maisons se trouvent dans une zone reconnue comme ayant potentiellement de la pyrite dans la pierre de remblai. Selon l’Association professionnelle des notaires du Québec, le vendeur n’a aucune obligation légale de fournir un rapport attestant ou ou non la présence de pyrite. On recommande toutefois d’assumer cette dépense afin d’inscrire en toute connaissance de cause cette information dans la déclaration du propriétaire vendeur. On pourra alors éviter de faire face à un recours éventuel contre un vice de construction.

L’ACQC recommande de faire appel à un laboratoire ou un expert membre de l’Association des consultants et laboratoires experts (ACLE). En tant que membre, vous pouvez bénéficier de rabais intéressants auprès de notre laboratoire partenaire. Pour plus de détails contactez-nous.

À la fin des années 1990, un important regroupement de propriétaires affectés par le problème de la pyrite a réussi à obtenir un programme de soutien financier pour pallier aux dépenses extraordinaires occasionnées par les réparations. Ce programme est malheureusement terminé depuis 2011. Aucun autre soutien financier n’est envisagé pour aider les propriétaires qui font actuellement face à ce problème. Toutes les sommes disponibles seraient semble-t-il consacrées à l’aide aux victimes de la pyrrhotite.

Pyrite et votre maisonNotre brochure sur la pyrite apporte toutes les réponses aux questions sur ce phénomène, vous pouvez vous la procurer en ligne dans nos publications.

 

 

 

 

 

 

 

Fissures typiques en forme de croix causées par le gonflement de la pyrite.

 

 

PYRRHOTITE

La pyrrhotite, de son côté, est une espèce minérale composée de sulfure de fer. On la retrouve dans la pierre des agrégats utilisés dans le béton. Comme la pyrrhotite se cristallise en lamelles, elle peut provoquer des fissures importantes dans le béton des fondations. Ce phénomène se retrouve exclusivement dans la région de la Mauricie, car le béton a été fabriqué par deux compagnies de cette région entre 1996 et 2008.

Les problèmes provenant de la cristallisation de la pyrrhotite apparaissent plus rapidement que ceux de la pyrite. Le gonflement des agrégats dans le béton des fondations cause des dommages irrémédiables à l’intégrité des fondations. On n’a aucun autre choix que de procéder au soulèvement de la maison, au démantèlement de la fondation affectée et à son remplacement. Pour les ménages confrontés à cette situation, les conséquences sont dramatiques.

D’autant plus, que les victimes ont parfois fait face à certaines difficultés de la part des programmes des garanties des maisons neuves. Et si la réclamation a excédé la période de couverture de la garantie, les victimes ont été laissées à elles-mêmes. De plus, les auto-constructeurs qui ne sont pas couverts par la garantie des maisons neuves, n’ont eu droit à aucun soutien financier.

La mise en tutelle de la Garantie des Maisons neuves (GMN) de l’APCHQ par la Régie du Bâtiment du Québec est due en partie au grand nombre de dossiers enregistrés à ce sujet.

Un regroupement très actif de victimes a été mis sur pied à Trois-Rivières. Des sommes supplémentaires ont été débloquées par le gouvernement pour aider financièrement les victimes non couvertes par les plans de garantie. Et le sujet fait régulièrement la manchette des médias de la Mauricie.

Le plus gros procès pour une réclamation dans la construction au Canada a condamné SNC-Lavalin a payer des centaines de millions de dollars en réclamations des propriétaires victimes. Le jugement a été porté en appel. Nous attendons un règlement en 2017 au plus tôt.

Pour tous les détails, vous pouvez vous adresser à la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite. Leur site Internet est le : http://cavp.info.

 

ACQC - Maison pyrrhotiteMaison dont la fondation doit être refaite à cause de la pyrrhotite.

Taux de pyrrhotite problématique

Revenons plus spécifiquement à la pyrrhotite. Il semble clair, donc, que la pyrrhotite et le béton ne vont pas bien ensemble. Ce qui reste moins clair est si on peut parler quand même d’un taux de pyrrhotite sécuritaire en ce qui concerne la composition du béton, s’il existe une limite, au-delà de laquelle sa présence devient problématique. Quand une fondation se désintègre, est-ce que la seule présence de la pyrrhotite peut expliquer le phénomène, ou la mauvaise qualité de certains ouvrages de béton peut y être attribuable aussi ?

Le problème est que les recherches scientifiques ne peuvent pas donner des réponses catégoriques à ces questions, ce qui se reflète sur la clarté, ou plutôt le manque de clarté des normes. Depuis le début de la crise en Mauricie en 1996 une norme canadienne a été établie qui régit l’utilisation des granulats et du béton au Canada. Cependant, cette norme ne précise pas le pourcentage maximum de pyrrhotite qui peut se retrouver dans le béton sans engendrer des problèmes.

Des chercheurs travaillent toujours sur ce sujet, mais ils ne peuvent pas s’entendre sur certains aspects de la problématique et même sur la cause réelle de la détérioration du béton. Néanmoins, l’ingénieur Alain Bérubé (cité par 9) a donné une estimation précise (pas validée par la communauté scientifique) : les granulats contenant aussi peu que 0,30 % de pyrrhotite peuvent contribuer à la dégradation du béton. La Société d’habitation du Québec a établi sa propre  valeur seuil : sans fissures apparentes dans le béton, elle ne vient en aide qu’aux propriétaires dont le pourcentage de pyrrhotite est 0,30 % ou plus. En septembre 2016, la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite a demandé au gouvernement du Québec d’établir le critère d’admissibilité au programme d’aide au taux de 0,23 % en pyrrhotite en volume. L’on voit donc que la norme, régissant le niveau admissible de pyrrhotite dans le béton, est toujours en question.

La pyrrhotite et la santé

Selon une étude, réalisée par l’Institut national de la santé publique (5), la présence de pyrrhotite dans les fondations de bâtiments pourrait créer, de façon indirecte et dans certaines circonstances, des risques pour la santé des occupants. La dégradation des fondations de l’édifice mène à l’infiltration de radon, d’un côté, et d’eau sous forme gazeuse ou liquide, d’un autre côté, ce qui est attribuable au développement de moisissures et d’acariens. En plus, l’augmentation de l’humidité relative à l’intérieur des édifices peut mener à des émissions de formaldéhyde en provenance de divers minéraux synthétiques.

Il est clair donc que la présence de pyrrhotite dans le béton des fondations est un problème majeur, qui exige une intervention rapide.

Sources

  1. CAA Québec. « Pyrrhotite : références utiles ». CAA Québec, Capsule-conseils. https://www.caaquebec.com/fr/a-la-maison/conseils/capsules-conseils/conseil/show/sujet/pyrrhotite-references-utiles (page consultée le 30 janvier 2017).

  2. Doucet, Dany. 2010. « Qu'est-ce que la pyrrhotite? ». Canoë, édition du 19 décembre. http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/12/20101219-072213.html (page consultée le 30 janvier 2017).

  3. Dussault, Stéphane. 2011. « Pyrrhotite dans les fondations: le calvaire de Trois-Rivières ». Protégez-vous, publié le 6 avril. https://www.protegez-vous.ca/Maison/calvaire-de-trois-rivieres (page consultée le 30 janvier 2017).

  4. Gagnon, Frédéric. 2013. « La pyrite vous connaissez, mais la pyrrhotite? ». CEP, Bulletins techniques. http://www.expcep.com/bulletins-techniques/la-pyrite-vous-connaissez-mais-la-pyrrhotite-32 (page consultée le 30 janvier 2017).

  5. Poulin, Patrick, Marie-Hélène Bourgault et Jean-Marc Leclerc. 2014. Risques sanitaires potentiels associés aux altérations des fondations de bâtiments par la pyrrhotite. Institut national de santé publique.

  6. Québec. Régie du bâtiment. « Pyrite et pyrrhotite ». Régie du bâtiment du Québec. https://www.rbq.gouv.qc.ca/citoyen/acheter-une-maison-neuve/problemes-particuliers/pyrite-et-pyrrhotite.html (page consultée le 30 janvier 2017).

  7. Radio Canada. « La Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite veut éliminer la « zone grise ». Radio Canada, publié le 22 septembre. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/804578/pyrrhotite-trois-rivieres-victimes-coalition-quebec (page consultée le 30 janvier 2017).

  8. Société d’habitation du Québec. « Programme pour les résidences endommagées par la pyrrhotite ». Société d’habitation du Québec, Programmes. http://www.habitation.gouv.qc.ca/programme/programme/programme_pour_les_residences_endommagees_par_la_pyrrhotite.html (page consultée le 30 janvier 2017).

  9. Trahan, Brigitte. 2013. « Des cas de pyrrhotite au-delà de 2020? ». Le Nouvelliste, publié le 13 février. http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/justice-et-faits-divers/201302/13/01-4621115-des-cas-de-pyrrhotite-au-dela-de-2020.php (page consultée le 30 janvier 2017).

  10. Trahan, Brigitte. 2013. « Pyrrhotite: des années avant la révision de la norme fédérale ». Le Nouvelliste, publié le 25 mars. http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/pyrrhotite/201303/25/01-4634441-pyrrhotite-des-annees-avant-la-revision-de-la-norme-federale.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4618003_article_POS5 (page consultée .e 30 janvier 2017).

  11. Trahan, Brigitte. 2013. « La petite histoire de la pyrrhotite en Mauricie ». Le Nouvelliste, publié le 4 février. http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/actualites/pyrrhotite/201302/04/01-4618003-la-petite-histoire-de-la-pyrrhotite-en-mauricie.php (page consultée le 30 janvier 2017).

Continuez votre lecture en vous connectant ou
en vous inscrivant comme utilisateur (gratuit) de notre site Internet.
Notez que l'accès complet est réservé aux membres cotisant de l'ACQC.