Pyrrhotite: «Bonne écoute et beaucoup d’ouverture» au bureau du ministre Champagne

Mardi, 7 janvier, 2020
Brigitte Trahan, Le Nouvelliste

Extrait :

Le président de la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite, Alain Gélinas est sorti ravi de sa rencontre, mardi, au bureau de circonscription du ministre fédéral François-Philippe Champagne où lui et ses collègues Michel Lemay (vice-président) et Yvon Héroux (coordonnateur) ont été reçus par la directrice de circonscription, Catherine Deschênes. «Ça n’a pas été une petite rencontre vite faite. Elle a duré plus de 2 h 30», dit-il.

Juste avant Noël, le président de la CAVP avait annoncé en conférence de presse son intention de remuer ciel et terre, en 2020, pour faire bouger les choses. Sa première étape visait le gouvernement fédéral et son représentant régional, le ministre Champagne.

[...]

Un de ces sujets prioritaires, c’est l’obtention pour les victimes du montant de 285 M$ de pénalités imposées à SNC-Lavalin, la firme qui avait été condamnée, en première instance il y a 2 ans, à payer 70 % des dommages liés à la pyrrhotite en Mauricie. On sait que SNC est allée en appel de cette décision. Le tribunal d’appel devrait rendre son verdict au cours des premiers mois de 2020.

L’obtention de ce montant de 285 M$ pour les victimes «n’est pas négociable», affirme Alain Gélinas. «On y tient mordicus.»

Mme Deschênes ne pouvait se prononcer sur cet aspect particulier du dossier lorsque jointe par Le Nouvelliste, mardi. Elle explique toutefois que cette demande «devra être chiffrée» par la CAVP, afin de déterminer à quoi servira la somme.

Parmi les autres priorités, la CAVP plaide toujours pour que les tests de pyrrhotite soient financés afin que la région ait enfin un portrait clair de la situation et puisse régler ce dossier une fois pour toutes.

[...]

La CAVP estime qu’il est urgent d’obtenir plus d’aide d’Ottawa. «Les victimes sont tannées de se faire niaiser. Les victimes ne sont plus capables. Il ne faut pas que ça prenne encore un an. Ça nous prend cet argent», martèle le président en parlant des 285 M$. Son ultimatum? «Hier», dit-il sans hésitation.