305 M$ réclamés: les victimes de la pyrrhotite veulent une aide non remboursable

Lundi, 3 février, 2020
Brigitte Trahan

Extrait :

Pour la toute première fois depuis le début de la crise de la pyrrhotite, il y a 10 ans, la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP) ainsi que des représentants des gouvernements fédéral et provincial étaient enfin assis à la même table, ce lundi, pour discuter de la suite des choses.

La CAVP est arrivée très préparée à cette rencontre déterminante. Le président, Alain Gélinas, le vice-président, Michel Lemay et le coordonnateur, Yvon Héroux, avaient en effet préparé, pour leurs interlocuteurs, un dossier de plus de 50 pages dans lequel ils ont détaillé à quoi servira l’argent qu’ils réclament aux deux paliers gouvernementaux au nom des victimes, «un travail de moine effectué par mes deux collègues», tient à souligner Alain Gélinas. C’est d’ailleurs ce que demandait le gouvernement fédéral pour continuer à évaluer l’aide qu’il apportera.

C’est que la CAVP, rappelons-le veut mettre la main sur l’amende de 280 M$ qui a été imposée à SNC-Lavalin à la suite d’une fraude commise en Libye. Lundi matin, la Coalition a renchéri sa demande et s’adresse désormais aussi à Québec, car c’est un total de 305 M$ qu’il faudra pour soutenir les victimes, explique M. Gélinas à la lumière des calculs effectués.

[...]

Selon les calculs de la CAVP, le montant de 305 M $ permettra d’octroyer une aide financière d’un maximum de 180 000 $ pour chaque victime qui ne fait pas partie de la première vague.

[...], la CAVP demande au gouvernement de leur octroyer une aide non remboursable au lieu d’un prêt. La CAVP veut en effet que ce soit plutôt le gouvernement qui assume le fardeau d’attendre pendant des années que tous ces millions $ lui soient remboursés après l’éventuel procès de la deuxième vague dont la date n’est toujours pas déterminée.